La semaine dernière, nous vous avons présenté Martina, [aggiungere link a newsletter precedente], psychologue de l’équipe Matamua. Elle vous a présenté l’idée qui a donné vie au projet.

Aujourd’hui, vous allez lire l’histoire de l’auteure du livre.

Aujourd’hui, rencontrons Bea!

Je m’appelle Beatrice Mele, je vis à Rome et travaille comme journaliste et rédactrice en chef pour un magazine historique. Il y a deux ans, j’ai suivi un traitement de procréation assistée.

Je suis auteure au sein de Matamua et je m’occupe de la communication, ainsi que de la découverte de nouvelles histoires à raconter.

D’où je suis parti

Amour, diversité, inclusion. Ce sont mes trois mots clés pour parler de «Il est une fois». Ils sont précieux. Et à partir d’eux, j’ai compris à quel point il est nécessaire de travailler pour changer les mentalités qui font que la procréation assistée reste un sujet tabou.

Toutes les personnes sont égales devant un parcours de procréation assistée. Pour moi, c’est un beau message

Beatrice Mele

Nous pensons qu’apprendre à voir les choses sous un angle nouveau en tant qu’enfant est essentiel pour prévenir toute discrimination future. Et nous, en tant qu’adultes, avons la tâche de leur montrer le chemin à suivre.

Où je vais

Comme nous le savons, il existe aujourd’hui différents types de familles: monoparentales, hétéro et homoparentales. L’objectif que je partage avec Martina, Raquel et Alvaro est d’aider les adultes à vaincre les préjugés sur la procréation assistée, en utilisant comme outil un livre qui, en plus d’avoir une vocation sociale évidente, peut divertir et éduquer les enfants.

En même temps, nous voulons toucher les personnes sensibles au sujet, et qui peuvent nous aider à diffuser notre message: des personnes qui souhaitent dire à leurs enfants, petits-enfants et parents qu’il existe de nombreux types de familles et différentes façons de créer la sienne.

Où j’aimerais aller

Avec Matamua, nous aimerions rejoindre toutes les écoles souhaitant inclure, dans le processus éducatif, l’enseignement de sujets fondamentaux pour une société en mutation constante – mais, qui jusqu’à présent, n’étaient jamais inclus dans les programmes scolaires.

«Il est une fois» est né pour normaliser une situation existante largement répandue: nous pensons que la société dans son ensemble en bénéficierait.

Afficher les commentairesFermer les commentaires

Laissez un commentaire