Continuons maintenant avec les présentations de l’équipe Matamua. Aujourd’hui, vous rencontrerez l’âme créatrice derrière le projet «Il est une fois»: notre illustratrice!

Rencontrons Raquel!

Je m’appelle Raquel Gutierrez. Pendant plus de quinze ans, j’ai travaillé comme illustratrice et concepteur pour plusieurs sociétés opérant en Chine, en Argentine, en France et en Espagne. Je vis actuellement à Bilbao.

J’ai toujours été très sensible au sujet de la procréation assistée et, pour ma part, je voudrais parler de la naissance de «Il est une fois» comme je le fais le mieux: le dessin.

D’où je suis parti

Un jour, j’ai réalisé que de nombreux contes de fées traditionnels provenaient du désir d’avoir des enfants et de la difficulté de fonder une famille. L’humanité s’est toujours demandée comment aborder ce problème avec les plus petits et, pour faire cela, on a utilisé les éléments classiques d’un conte: le protagoniste principal, un objet magique, un animal fantastique ou un antagoniste. Et puis, bien sûr: les défis, qui représentent les étapes importantes à travers lesquelles les protagonistes développent leur conscience de soi.

C’est ainsi qu’«Il est une fois» est devenu un récit riche en références à des histoires familiers aux lecteurs du monde entier.

«Il est une fois» parle aux enfants et aux adultes. Pour les enfants, en créant spécifiquement des métaphores qu’ils peuvent comprendre; d’autre part, les adultes pourront lire en profondeur tous les détails des histoires.

Tout cela est fait dans le but de créer un lien affectif entre adultes et enfants et d’aider les parents à normaliser et à intérioriser leur expérience en matière de procréation assistée.

Où je vais

Avec mes histoires illustrées, je voudrais raconter à tous les enfants l’aventure qu’ils ont vécue – avant même leur naissance – à côté de leurs parents, après tant de péripéties. Une aventure dont ils peuvent être fiers.

Plus que tout, je veux raconter combien d´amour et de ténacité tous les parents ont dédié pour arriver jusqu´ici.

Afficher les commentairesFermer les commentaires

Laissez un commentaire